Avant j'étais svelte, mais ça c'était avant




A qu'il était doux le temps où je pouvais manger 4 paquets de m&m's, finir le pot de mayonnaise, attaquer le pot de nutella tout en fermant avec deux doigts les boutons d'un jean en 36.

Qu'il était doux mais qu'il est loin également.

Bienvenue dans la 30aine. A partir de maintenant c'est « tu le manges, tu le stockes ». Et pas dans les orteils. Malheureusement l'évolution physiologique de notre espèce n'a pas encore reçu le mémo concernant les modifications psycho-sociologiques des 40 dernières années. A 30 ans, tel un incubateur auto-généré, ton ventre et tes hanches entassent gaiement toute l'énergie qui pourrait servir à la construction d'un mini-nous. Super pour les retraites, beaucoup moins pour la plage. Et si on ne veut pas d'enfant ? Apparemment l'option n'est pas encore disponible, d'ici quelques centaines de millier d'année peut être... Ce qui ne résout pas notre problème pour cet été.

30 ans, quel age ingrat pour les abdominaux qui peu à peu, malgré une lutte acharnée, disparaissent dans les sables mouvants du bidon naissant.

A cela ajoutez le fait d'arrêter de fumer pendant un an et les pulsions de gras que cela provoque. Je n'étais déjà pas une pro de la gestion de la frustration, mais là on a atteint des sommets. Ma phrase clé : « Déjà que j'ai arrêté de fumer, si en plus je ne peux plus.... » complétez les pointillés à loisir.

Et c'est comme ça qu'un matin pluvieux je me suis retrouvée dans le bureau d'une diététicienne accompagnée de mes 10 kilos durement gagnés à force de volonté et de constance (« la chips m'a tuer »).

Le premier constat a été qu'un cabinet en sous sol, dans des pièces aveugles à l'éclairage jaunâtre, ce n'est pas forcement le cadre le plus apaisant avant un premier rendez vous. Ne serait-ce les rires féminins perçants à travers la porte, on pourrait presque imaginer une sorte de freddy krueger débarquant le sourire aux lèvres et les couteaux à la main en demandant « alors, on veut perdre son ventre? »

Petite parenthèse : Oui j'ai des idées bizarres qui me viennent, mais moi au moins je ne m'ennuie pas dans les salles d'attentes.

Freddy n'est pas venu, par contre une toute jeune femme est venue me chercher (le sourire au lèvres quand même). Toute jeune, mais aussi toute ronde. J'avoue j'ai beau savoir que cela peut être physiologique, je me suis dit que pour une diététicienne ce n'était pas vraiment la meilleure pub qu'il soit. Mais parce qu'on peut être meilleur en théorie qu'en pratique, je l'ai suivie quand même (bon et aussi parce qu'il aurait été délicat de lui rétorquer un « et la conscience professionnelle ? Et de quitter le cabinet).

Début de l'entretien et comment dire... Disons qu'elle doit faire du principe de réalité son credo. Si je ne me sentais pas spécialement grosse au début, c'est y est, c'est fait. En papotant comme une copine autour d'un thé à la menthe (ce qui est assez déstabilisant comme comportement) j'ai eu droit à quelques phrases merveilleuses du type :

à l'annonce de mon poids, avec des sourcils tellement haussés qu'ils auraient pu retomber de l'autre côté de son crane :« oulalala oui, c'est beaucoup trop, l'urgence c'est quand même de perdre 5 kilos très rapidement pour retourner dans la norme ». Peut être suis-je trop légère dans ma gestion des « oulalala » mais pour moi, 5kilos c'est au maximum un « oula ». Voir à peine un « ok ». Étant à 1kilo de ma catégorie de poids, peut être même que je resterai sur un « hmmm ». En tout cas surement pas un « oulala ».

«Vous avez pris tout ça juste en arrêtant de fumer ? C'est impressionnant, je n'ai jamais vu ça de ma vie ! » Oué ben sort de ta cave et rencontre des gens !

« Et tout ça alors que vous n'avez pas encore eu d'enfant ? Non parce que si vous en avez là ça va être encore pire après ». Et ceux du congélo, ça compte ? (pardon, c'est de mauvais goût).

« Vous voulez connaître votre taux de graisse ou ça va vous effrayer ? » Ben au stade où j'en suis vas-y, de toute façon je compte me pendre à la sortie.

Et un spécial coup de cœur pour un « qui est votre médecin traitant que je lui envoie un compte rendu du bilan? » « le docteur ****. Mais il n'est pas au courant de ma venue » « oh ce n'est pas grave, en fait je fais ça pour me faire un peu de pub détournée, vu qu'on a pas le droit d'en faire de la vraie ». Je crois qu'à ce moment là je suis tombée amoureuse.

Bref, au bout d'une heure je suis ressortie avec mon programme de guerre contre les kilos. A moi les menus équilibrés et l'alimentation saine. Objectif – 10 kilos sur un an, juste parce qu'on m'a dit qu'a mon âge il fallait « me faire une raison ». Maintenant je n'ai plus que 2 soucis :

Trouver une activité physique qui permette de dépenser des calories sans avoir l'impression que je vais mourir d’ennuis des les 10 premières minutes.

Le deuxième, mais non le moindre, faire survivre Kiki. Au bout de 3 jours de légumes, il a déjà l’œil vitreux et le poil terne. Je vois bien que son regard s'illumine fugacement lorsqu'on passe à proximité d'un fast food pour s'éteindre aussitôt. Ce soir j'ai même eu peur qu'il se lance dans une grève de la faim quand il n'a pas touché à son assiette avec un « mais moi les légumes j'aime pas ». Mais vu qu'il vient de se faire un burger, c'est juste une phase de contestation.

Voyons ça comme une expérience scientifique : L'équilibre nutritionnel peut-il conduire au divorce ?

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Afternoon Tea (mardi, 27 octobre 2015 21:08)

    J'adoreeeeeeeeee !!!!