Craies VS Velleda : Mon combat inutile



Cet article, au nom lénifiant et au ton révolutionnaire, je le dois à la concomitance de deux situations.

La première est le constat de la multiplication des combats futiles autour de nous. En cette période de crise, « je milite donc je suis ». Peu importe pour quoi. Sans même repartir sur les végétaliens défrisés par mes tagada à la gélatine de porc, je reçois de plus en plus de liens vers des groupes de soutien ou des pétitions qui franchement frisent parfois le ridicule. Ainsi vous pouvez, si vous le souhaitez, lutter contre l'injustice dont est victime le moustique tigre. sauver les pigeons d'une université Toulonaise (ça doit être un peu important quand même, ils arrivent au millier de signatures), encourager le choix du présentateur de rolland garos (530 signatures), ou réclamer une sélection nationale pour le choix de la chanson de l'eurovision (bon eux ils sont 14, la route est encore longue). Et là je me suis dis : Moi aussi je veux ma revendication useless. Je veux pouvoir envoyer des mails au gens pour pourrir leur boite avec des idées sans profondeur. Je veux pouvoir envahir leur temps de pauses et leurs apéro entre potes en monopolisant la parole sur un seul et unique sujet. Et si possible qu'il n’intéresse personne. En somme, tout un pan jusque là inconnu de possibilité d'être chiante s'est ouvert à moi. Une sorte de révélation. Le slogan frémissant d'impatience, il ne me manquait qu'une chose : Le combat en question.

La seconde est la réussite d'une amie au concours de professeur des écoles. Et oui, 30ans c'est aussi l'âge où l'on se réoriente. Bien qu'excitées à l'idée de ce nouveau métier, il faut savoir garder son sérieux et se poser les bonnes questions afin de parfaite son identité professionnelle. Par exemple quelle tenue adopter ? Un tailleur en tweed ou look sportswear ? Et comment se faire appeler ? Un Madame Machin fait assez strict mais le Maîtresse suividuprénom est difficile à porter. A part pour les Sophie ou les Camille, rapidement cela fait téléphone rose (mais si : « Si tu veux parler à maitresse Nathalia tape 1). Et c'est dans ces réflexions que j'ai eu la révélation. Je le tenais mon combat : Réhabilitons la craie face au Velleda.

De nos jours le tableau noir de notre enfance a disparu pour des surfaces lisses et blanches, bien plaquées au mur et nos craies ont laissé place à ce fichu stylo « parce que c'est plus propre ». Le velleda c'est le progrès parait-il. Et bien moi je dis non. Non, non et re-non. Le velleda on n'en veut plus. On veut récupérer nos craies, et on a infiniment plus d'arguments qu'un « c'est plus propre ».

  • Déjà la craie c'est traditionnel, et on ne plaisante pas avec les traditions.
  • Quand on achète une boite de craie, on peut avoir des tas de couleurs originales. Pour avoir la même chose avec du Velleda sur une année, il faut hypothéquer un rein.
  • Les petits bouts de craie ça peut se jeter sur les élèves quand ils font n'importe quoi. Il est beaucoup plus mal vu de jeter un Velleda.
  • Les petits bouts de craie ça peut s'offrir aux élèves qui ont été sages. Et un bout de craie de la maîtresse (ou de madame Machin) c'est le plus grand des trésor et des honneurs quand on a 6 ans.
  • On peut faire crisser la craie sur le tableau pour obtenir un silence immédiat dans une classe bruyante. Essayez de faire crisser un Velleda...
  • Si on ne remet pas la craie dans sa boite elle marche toujours le lendemain. Alors que si on oublie de reboucher son Velleda...
  • On sait toujours où on en est avec les craies. Elles sont droites et honnêtes. Quand il y en a moins on en rachète. Par contre quand vos deux velleda vous lâchent au même moment, on se sent souvent seuls. Ce n'est pas fourbe ça ?
  • Et ils deviennent quoi les responsables du tampon avec les Velleda hein ? C'est ça qu'on veut pour demain ? Qu'on prive nos enfants d'aller taper les tampons dans la cours de récréation [en écrivant son prénom ou une insulte (pour les CM2 uniquement)]
  • Quand on écrase les fins de craies de toutes les couleurs on obtient une poudre magique. Rien de magique dans un Velleda.
  • Je n'ai jamais eu à aller chercher un dissolvant parce que la craie est restée toute la nuit et ne s'efface plus du tableau. Alors qu'avec le velleda...
  • Et quand les gamins se lancent dans leurs premières productions plus ou moins fructueuses, ben la craie ça part en tapotant les vêtements, au pire à la machine. Alors le prochain qui me dit que le Velleda « c'est plus propre » je lui rends son gamin avec « essayez de nettoyer ça » écrit au velleda rouge sur un tee shirt blanc.

Bref vous l'avez compris. Ce n'est pas parce que ce combat est inutile qu'il n'est pas indispensable. Alors telle la fille spirituelle de Che Guevara et d'Evita Peron toi aussi lève le poing, tape du pied et recrute autour de toi pour former notre armée ! Transmets le message que la révolution est en route. Tous ensemble, avec de la motivation, du harcèlement d'amis et beaucoup de temps perdu, nous pouvons changer les choses.

Le Velleda on n'en veut pas, la craie c'est le pied !

Écrire commentaire

Commentaires : 0